LES CITÉS OUVRIÈRES

Pendant plus de 70 ans l’activité minière va se cantonner de part et d’autre, au nord du hameau de la Houillère avec quelques dizaines, voir une centaine de mineurs seulement. Puis à partir de 1843, avec des sondages très prometteurs et le fonçage de puits vers le sud, les Houillères de Ronchamp auront besoin de plus en plus de personnel. Au début, la main d’œuvre locale suffira (Ronchamp, Champagney, Clairegoutte, Magny d’Anigon, la Côte), puis le recrutement se fera dans les villages un peu plus éloignés comme, Fresse, Ternuay, Mélisey, Saint Barthélémy etc. qui sont distants de 10 à 15 km de la mine. Ce sont des mineurs paysans qui viennent travailler à la mine pour améliorer leur maigre condition de paysans sous vosgiens. Mais l’absentéisme devenait important durant la période estivale avec la fenaison, les moissons, etc.
La Direction des Houillères, pour fidéliser ses ouvriers et les rendre plus dociles et disponibles, décide la construction de cités et de dortoirs au plus proche des puits. Ces ouvriers, venaient le lundi matin des villages environnants pour travailler à la mine, dormaient le soir dans ces dortoirs appelés aussi "caserne" et repartaient le samedi dans leur foyer. Ces refuges n'avaient rien d'accueillant; une paillasse à même le sol où l'ouvrier s'y couchait tout habillé. Des nouvelles cités ouvrières sont construites : la "plate-forme" à la Houillère (vers 1836), la cité des Époisses (1873) à la Piotnaz (Champagney), la cité d’Éboulet et son "Château" (1929-1930), la cité du Morbier (Ronchamp) (1929-1930), la cité du Puits du Magny, la cité Saint Charles (1872-1873). Ces habitations sont des maisons mitoyennes et se composaient de 2 à 4 logements disposant chacun d’un petit jardin .À proximité du puits du Chanois, il existait une cité ouvrière constituée de "maisons" très sommaires sans aucun confort : les corons ou " baraquements". Un ancien mineur, fils d'immigré yougoslave, a bien connu l’univers de la mine et des corons. Il a raconté son histoire aux élèves de l’École du Centre de Champagney en 2005.
La "Caserne des Fressais", appelée ainsi car elle était occupée par des mineurs de Fresse, est le seul exemple encore debout de ces dortoirs très primitifs et sans confort. Elle a été construite le long de la nationale N°19 à une cinquantaine de mètres du puits Sainte Pauline. A la fermeture de la Mine en 1958, toutes ces maisons ont été vendues. Un autre dortoir tout en bois, aussi appelé "Caserne des Fressais", a été installé aux abords du puits N° 7, mais il a été détruit dans les années 1960.

Cité du puits du Magny
Cité du puits du Magny
Cité du puits du Magny
Cité St Charles
Anciens corons
Anciens corons
Anciens corons
Le grand bâtiment
La cité de la Plate Forme
La cité d'Eboulet
La cité du Morbier
La cité des Epoisses
La cité de la Plate Forme
La cité d'Eboulet
La cité du Morbier
La cité des Epoisses
Les Amis du Musée de la Mine   -   Réalisation  Alain  Banach   -   Tous droits réservés   -  Plan du site