LES TERRILS DANS LE BASSIN HOUILLER DE RONCHAMP CHAMPAGNEY

Pendant près de 200 ans, le sous-sol a produit près de 17 000 000 de tonnes de charbon. La configuration et la faiblesse des couches de houille n’ont pas permis une grande mécanisation des travaux d’abattage comme cela s’est fait dans les autres grands bassins houillers français avec l’utilisation du soutènement marchant et du foudroyage. A Ronchamp des millions de m3 de stériles ont été extraits du sous-sol et répartis un peu partout aux alentours des puits et des galeries. Le site le plus important est situé dans la plaine du Chanois où la majeur partie est localisée sur la commune du Magny d’Anigon. En 2010 le volume de ces terrils est estimé à 1 000 000 de tonnes.
Le volume des remblais est très variable : de quelques centaines de m3 dans la zone des affleurements à plusieurs centaines de milliers de m3 vers le puits Saint Charles, le puits du Magny et surtout le site du Chanois. Mais depuis la fermeture de la mine, des centaines de milliers de m3 ont été enlevés et utilisés dans la région dans les sous-couches des grands axes routiers ou dans la préparation du sous-sol des bâtiments industriels ou encore dans la réalisation de chemins et routes communales. Dans le bassin houiller et notamment vers les premiers puits ou dans la zone des affleurements du nord, les anciens terrils sont difficilement reconnaissables car la végétation a repris le dessus et seul un œil exercé peut les reconnaître. Après la fermeture en 1958, beaucoup de ces terrils sont devenus des propriétés privées.

En 1993 le nouveau propriétaire du site désaffecté de la MAGLUM et de l'ancien terril du puits Saint Charles, brûle toute sorte de matériaux inflammables. À l'époque où ce puits était en activité le charbon était trié manuellement et le terril à proximité contenait encore beaucoup de charbon. Le feu a embrasé une petite partie du terril. Début juin 1993, le propriétaire des lieux, Pierre Vialis, avertit le maire de Ronchamp qui dépêche sur place les pompiers locaux. Ils arrosent d'eau et recouvrent de terre le massif enflammé mais obtiennent l'effet inverse: le feu se propage à tout le terril. Le préfet de Haute Saône en aurait été informé seulement à la mi-août. Fin septembre seulement, les premiers travaux sont entrepris par le propriétaire avec le creusement d'une barrière coupe-feu. Cette mesure est inefficace : les schistes en combustion dévalent les pentes et risquent de mettre le feu à l'ensemble du terril. Le propriétaire fait alors creuser par une société de travaux publics une seconde tranchée longue de 100 mètres et qui se remplit de l'eau de la rivière, le Rahin. La préfecture prend alors l'affaire en main car le risque de pollution de la rivière mais aussi des nappes phréatiques est pris très au sérieux. Une plainte déposée fait reboucher la tranchée mais le feu continue toujours d'embraser le terril. En novembre, un accord a été trouvé entre le propriétaire et la direction de l'aménagement et des transports du département: on élargi et creuse la tranchée coupe-feu grâce à d'énormes pelleteuses (des scrapers) et les schistes évacués sont troqués contre les travaux. Mais le feu continue toujours. Environ 300 personnes se sont rassemblées, le samedi matin 11 février 1994, à Ronchamp pour barrer pendant près d'une heure et demie la route nationale 19. Elles réclament l'extinction de l'incendie qui provoque de dangereuses émanations toxiques dans la cité. Finalement une noria de camion va extraire des milliers de m3 brûlants en circulant à travers les rues du bourg. Un tuyau a été enfoncé dans le sous-sol pour atteindre la nappe phréatique à proximité du lieu d'incendie. Ce tuyau est toujours présent (novembre 2012) mais on peut se poser la question de la fiabilité des résultats des analyses !

Les terrils du Chanois
Les terrils du Chanois
Les schistes rouges
Les schistes rouges
Terrils du Chanois
Terrils du Chanois
Terrils du Chanois
Schistes rouges sous le givre
Le feu dans les terrils
Terrils de Saint Charles
Terrils de St Charles en feu
Enlèvement des terrils
Les schistes rouges
Le feu dans le terril
Terrils de Sainte Pauline
Anciens terrils
Terrils Sainte Pauline
Terrils récents
Terrils d'Eboulet en 2007
Terrils d'Eboulet en 2008
Anciens terrils du puits Arthur de Buyer
Terrils de la galerie Datou
Terrils du puits du Chanois
Un nodule métallifère
Terrils du puits Saint Charles
Les fumerolles du terril en feu
Le fossé coupe-feu
Le fossé coupe-feu noyé
Emplacement des schistes brulés
Le terril Saint Charles colonisé
Les Amis du Musée de la Mine   -   Réalisation  Alain  Banach   -   Tous droits réservés   -  Plan du site